Est ce que je pourrais continuer à utiliser d’autres emballages? 

Bien sûr. Cette option de sachets biosourcés n’est pas obligatoire. C’est un service que nous voulions mettre à votre disposition parce que nous allons le déployer sur les envois premium qui partent de l’atelier. 

Combien est financé par Imparfaite? 

Imparfaite finance 25% du prix des sachets medium et 27% des sachets larges afin que leurs prix restent compétitifs par rapport à des sachets plastiques indéchirables.


Prix du paquet de 50 sachets TTCCoût du paquet de 50 sachets facturé au vendeur TTC Coût du paquet de 50 sachets supporté par Imparfaite TTC
Format M (35×45) €17,40 €13,00 €4,4025 %
Format L (50×60) €29,40 €21,50 €7,9027 %

Par ailleurs, Imparfaite offre la livraison pour toute commande de ces sachets, ce qui représente en stockage, en main d’œuvre et en frais d’envois environ 7€ par envoi. 

Enfin, nous comptons sur notre croissance et l’adoption de cette solution écologique pour augmenter nos commandes et pouvoir négocier des prix plus intéressants auprès de nos fournisseurs.

Est ce que ces sacs biodégradables sont solides? Que se passe-t-il s’il pleut dessus? 

Oui ces sacs biosourcés sont très solides, ils sont spécialement conçus pour des envois postaux.

Pour qu’il soit biodégradable, il faut que ce sac reste dans des conditions de biodégradabilité pendant plusieurs semaines (vs. plusieurs décennies pour du plastique classique.). Le fait qu’il pleuve dessus n’a aucun impact sur une petite durée et vos produits seront bien protégés lors des envois. 

Où est-ce qu’il faut coller le bordereau? 

Le design n’est imprimé que d’un côté, vous pouvez coller le bordereau sur le verso du sachet.

Est ce qu’on voit à travers? 

Oui, légèrement, nous estimons leur opacité à 90%. Concrètement qu’est ce que cela veut dire? Cela veut dire que l’on peut voir légèrement des motifs très vifs à travers. Beaucoup d’entre vous utilisent déjà du papier de soie lors des envois, dans ce cas, rien ne se voit.

Est ce que le maïs utilisé pour la fabrication des sachets est issu de l’agriculture nourricière ?

Non! Ces sachets sont majoritairement fabriqués à partir de résidus de l’agriculture ou de l’agroalimentaire, justement pour ne pas entrer en concurrence avec les terres agricoles destinées à l’alimentation humaine ou animale.

Les bioplastiques représentent aujourd’hui 0,020% de la superficie totale des terres agricoles (Sources : European Bioplastics (2018), FAO Stats (2014), nova-Institut (2018), and Institute for Bioplastics and Biocomposites (2016)

Par ailleurs, une étude menée en 2010 par OWS, un laboratoire belge spécialisé dans l’évaluation de la biodégradabilité et de la compostabilité, a par ailleurs conclu que si 10 % des plastiques du marché étaient des plastiques biosourcés, cela ne mobiliserait que 0,54 % de la surface agricole utile de l’Europe. Or aujourd’hui, les plastiques d’origine biologique ne représentent que 1 % des plastiques. On a encore beaucoup de marge donc.

Pourquoi ne pas plutôt encourager des emballages recyclables et ou recyclés?

Les 2 types d’emballages recyclables qui existent sont:

1/ Des plastiques: ils ne sont pas écologiques à la production et pas biodégradables. 

La production des plastiques libère beaucoup de gaz à effet de serre et repose sur un stock limité de matières premières fossiles (pétrole et gaz), qui constituent plus de 90 % de sa matière première. Selon la Fondation Ellen MacArthur, environ 6% de la consommation mondiale de pétrole sont dédiés à la production de plastique. 

Par ailleurs, chaque année, dans le monde, au moins 8 millions de tonnes de plastiques se frayent un chemin jusqu’aux écosystèmes marins. Cela pose deux problèmes: la mise en danger des espèces marines d’une part, la dégradation de notre écosystème d’autre part avec des impacts encore inconnus sur la santé à long terme. 

L’avantage de notre matière biosourcée et qu’elle est biodégradable, elle met donc quelques semaines à se dissoudre totalement dans la nature et ne crée aucun déchet toxique, que des matières premières organiques qui seront absorbées par notre planète sans problème. 

2/ Des cartons et papiers: ils ne sont pas assez solides et pèsent plus lourd.

Les cartons ne sont pas assez solides. Nous avons malheureusement régulièrement des envois retardés ou des vêtements qui arrivent abîmés à cause de cartons détériorés lors du transport.

Par ailleurs, ils pèsent plus lourd (300gr vs. <10gr pour un sachet) et consomment plus de carburant.

Cela étant dit, vous pouvez toujours envoyer dans des cartons si cela vous convient mieux et nous encourageons évidemment les cartons recyclés propres. Nous vous déconseillons en revanche autant que possible de les utiliser pour des envois internationaux pour lesquels les paquets sont plus chahutés que lors d’envois domestiques. 

Comment se débarrasser de ces sachets biosourcés? 

1/ Les réutiliser évidemment! Pour des retours éventuels par exemple.

2/ Les composter industriellement 

Ces sachets sont compostables industriellement mais pas domestiquement. Les mettre dans un composte de maison ne marche pas, il faut que votre collectivité mette en place un ramassage séparé des biodéchets. Aujourd’hui la France fait figure de mauvaise élève en Europe puisque notre taux de collecte séparée est de 5,8% (par rapport à L’Allemagne 60% ou l’Autriche 80%!). On a donc du chemin à parcourir.

La mise en place d’un système de tri à la source des biodéchets doit être généralisée en France d’ici 2025 selon la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte. Cette loi prévoit « le développement du tri à la source des déchets organiques, jusqu’à sa généralisation pour tous les producteurs de déchets avant 2025, pour que chaque citoyen ait à sa disposition une solution lui permettant de ne pas jeter ses biodéchets dans les ordures ménagères résiduelles, afin que ceux-ci ne soient plus éliminés, mais valorisés ». 

3/ Les jeter simplement dans la poubelle d’ordures ménagères (et non pas dans la poubelle des recyclés!). Ces sachets suivrons alors le même chemin que vos déchets organiques classiques (pelures de pommes etc) et ne laisseront aucun résidu nocif pour la planète.